Ce jour a été dans la pratique le dernier jour de travail. Journée occupée avec la Passation officielle de Consignes à mon successeur et un dîner le soir à l'hôtel Méridien.

Après... Bon, après je n'avais que les «valises à faire», un dernier regard à jeter sur plusieurs objets qui m'étaient familiers et un tour de l'aéroport pour dire «au revoir» à tant de gens que je connaissais et que peut-être je ne reverrais plus. La vie nous avait rassemblé, la vie allait nous séparer.


Avec l'aide de plusieurs photos, j'essaye de me rappeler de tous ceux qui sont venus au Méridien :

MM Alain Beucler (Consul de France à Lisbonne), Fátima Rodrigues et Eduardo Farinha (Direction de l'Aéroport de Lisbonne), Lavínia (TAP), Francisco Bordalo (Portugália), «État majeur» de Cateringpor (Traiteur de Commissariat), Jean-Claude Cros (Direction Paris), Claude Thénevin (Représentant Péninsule Ibérique), Christian Tallec (Chef d'escale Madrid), Yann Barraud  et Jacques Roux (Inspection et Logistique Europe), Alejandro Martinez (Chef d'escale Barcelone), plusieurs collègues déjà retraités, collègues de Porto et du Fret, Équipe de l'aéroport et collègues de la ville, Marc Émy (Représentant au Portugal), mon épouse, mon gendre et ma fille.

Hélas, MM Bordalo et Martinez sont décédés entre-temps. Je vous en parlerai dans autre chapitre.


Avec ma fille, mon épouse et mon gendre.


Je cite, en passant, la partie finale du discours que j'ai prononcé à l'occasion :

«Charles de Gaulle a dit un jour que «impossible» n'était pas un mot français. Eh bien à Air France, en plus, les mots utopie et rêve existent mais seulement d'une façon transitoire. Ce qui parait aujourd'hui une utopie ou un rêve se transforme rapidement en réalité grâce aux dirigeants et aux personnels d'Air France.

Que la Compagnie devienne la meilleure entre les meilleures ce sont mes vœux au moment où je quitte Air France, déjà avec nostalgie mais certain du devoir accompli.

Air France est vraiment le plus beau endroit des la Terre !».


 

Elles sont belles ces fleurs :

Leonor, Alexandrina, Paula, Catarina, Ana Maria, Rosa, Sofia, Edite, Gabi, Maria José, Aida et Maria Antónia;

Dulce, Inês, Sónia et Sofia Nicholson


 

Avec les collègues de l'aéroport:

Renato, António, Sofia, Carlos, Edite, Nascimento, Peter, Leonor, Tavares, Martinez (Barcelone) et Rosa.


 

Après ça je pouvais partir!...