FLASHES SUR LE PASSÉ

 

SPEED PACK : C'était une espèce de «bateau», pour charger du fret et de la poste, qui s'encastrait dans le ventre des Constellations – années 50.

 

Remorquant le speed pack, M Roland Patraud le Mécanicien au sol.


 

Débarquement des passagers du Constellation en provenance de Paris.  24 Mai 1958.


COLONEL BEJA : Directeur de l'Aéroport dans les années 60. Je l'ai vu courir, canne à la main,  derrière le public qui avait sauté les barrières et s'était approché tout près d'un avion qui venait de transporter, si je ne me trompe pas, l'équipe du Sporting qui venait de gagner la Coupe des Coupes de Football.


PREMIER DÉTOURNEMENT D'UN AVION : Il y a plus de  quarante ans, je passais Av. Fontes Pereira de Melo, à Lisbonne,  et j'ai vu un avion de la TAP, à très basse altitude, d'où tombaient des pamphlets, comme des «pétales de fleurs». Je n'ai pas pu en attraper, mais j'ai su par la suite que je venais d'assister au premier détournement d'un avion. Les intervenants étaient d'une part de Comandant Marcelino et d'autre le groupe de Henrique Galvão (le même qui avait séquestré le paquebot Santa Maria). L'aventure se terminerait à Casablanca, sans aucun problème pour les passagers.  


TREMBLEMENT DE TERRE : Dans les années 60, en compagnie d'un collègue de KLM (Santana), entre-temps déjà décédé, j'ai attendu pendant des interminables secondes, sans un mot, l'écroulement du Coté Sud de l'Aéroport. Nos bureaux étaient face à face et nous étions tout seuls, avec un collègue de SITA (Communications) qui nous est apparu beaucoup plus tard. Quelques minutes après, l'aéroport était envahi par des personnes en pyjama ou robe de chambre qui pensaient que l'aérogare était un endroit plus sûr. Entre-temps, les lampes du hall principal continuaient à balancer …


CARAVELLE d'Air France : Ce fut le premier jet à voler régulièrement pour Lisbonne (1960). Avant (je crois qu'encore avec les couleurs du constructeur) elle était déjà venue faire des vols de démonstration (1956). Le premier temps de vol enregistré entre les capitales du Portugal et de la France fut de 02H06. Le Comandant  Bernard m'a autographié une photo de l'avion que, entre-temps, j'ai offert au musée d'AF. Ses atterrissages, en cas de vents forts, étaient spectaculaires, avec l'aide d'un parachute qui était récupéré après et remis dans l'avion.

Un disque a été enregistré en vol pour prouver qu'il n'y avait aucune trépidation à bord (Sacha Distel, disparu récemment).


SINTRA : J'y suis passé une veille de Noël. L'avion, cause brouillard à Lisbonne, avait dégagé sur celle ville. Heureusement qu'on a pu le faire décoller avant la nuit, après plusieurs péripéties avec le transport des passagers et du combustible. Mission accomplie, retour à la maison en compagnie de Maria Antónia Lavrador (encore «Nicholson» à l'époque), brouillard toujours très dense et tête presque dehors de la voiture pour mieux regarder le chemin.


PIDE (police politique) - Pendant la période fasciste, je me souviens de : beaucoup d'expulsions de journalistes étrangers (notamment un du magasine français L'Express) ;  la brutalité de l' Inspecteur Seixas ; un avion de Dakar qui a fait escale technique à Lisbonne cause panne (tout le monde est allé à l'hôtel, sauf un soviétique, justement l'Ambassadeur de URSS au Sénégal. Il est resté sous ma responsabilité dans le bureau,  sans pouvoir se déplacer  même au restaurant. Toute la nuit j'ai écouté des réclamations du diplomate contre Air France, bien sûr…).


MAI 68 : Je suis allé à l'aéroport à 3h30 du matin pour accueillir un passager assidu que suite les évènements en France est arrivé de Milan par Alitalia. Son épouse m'avait prévenu par téléphone et je me suis fais un plaisir d'être présent à l'arrivée. Geste très apprécié (et jamais oublié) par ce couple de charmants passagers.


25 AVRIL 1974 : une collègue de la TAP voulait forcer un militaire à la faire passer pour signer sa feuille de pointage… «Les militaires justifieront tout !» - a été la réponse. J'arrivais aussi à l'aéroport pour embarquer à destination d'Amsterdam. Voyage reporté bien entendu. Et pour une bonne cause !


ÁLVARO CUNHAL (Secrétaire du PCP) : J'ai été la première personne à le saluer, encore à l'intérieur de l'avion, lors de son retour au Portugal Liberé. Je lui ai  donné des indications au sujet du débarquement et de la sortie de l'aéroport, ceci à la demande du «Major» Casanova du Mouvement des Forces Armées (MFA).


RALIS : Le 11 mars 1975, j'étais à l'escale lors du passage en vols rasants des avions qui allaient mitrailler cette caserne tout près de l'aéroport. Pilotant un de ces avions se trouvait le mari d'une collègue de TWA (je l'ai appris par la suite).


CONCORDE : Portugal était très  lié à cet avion. Ils sont passés par Lisbonne nombreuses fois y compris pour les vols d'endurance (avant la mise en ligne). Les vols de Caracas faisaient aussi escale à Santa Maria. Lors des vols d'endurance toutes les opérations au sol étaient chronométrées à la seconde près.

 

7 Novembre 1999 : Seul Concorde dont la capacité a été vendue entièrement au Portugal (Unicre).

MM Didier (Chef d'escale stagiaire), Tavares, Edite, Peter, Nathalie, Marta (TAP), moi, Marc Émy et Renato.


SÃO TOMÉ : Après l'indépendance de cette Colonie, et à la suite d'un coup d'état, j'ai fait le baby-sitter d'un des fils du Dr. Miguel Trovoada, dans mon bureau, en attendant le déroulement des évènements et faisant plusieurs contacts téléphoniques. Cet «enfant», quand je suis parti, était un passager très assidu d'Air France, toujours gentil et très souriant.


M. CHIRAC : Je garde (et j'utilise) un portefeuille qui m'a été offert par M. Jacques Chirac, Président de la République Française, lors de son passage à Lisbonne pour un sommet de la Communauté Européenne. Sa carte de visite est dedans… 


 

CONVENTION D'EXPLOITATION EUROPE à Casablanca, Juin 1997 – Avec Daniel Albisser Chef d'escale de Madrid à l'époque. Quelques années plus tard il partirait en Italie.


BORDEAUX : Lors de la Conférence des Chefs d'escale en novembre 1998, c'était prévu mon intronisation comme confrère d'une cave de vins bordelais. À la demande de l'organisation, j'ai écrit mon CV auquel j'ai ajouté quelques mots d'hommage à Bordeaux et à ses vins. S'agissait en fait de citations auxquelles j'ai ajouté un quatrain fait par moi-même : 

 

«Il n'y a pas de joie sans vin» - Le Talmud


«Le vin nous invite à la danse et nous fait oublier nos maux» - Euripede


«Qui n'aime point le vin, les femmes ni le chant  il restera un sot sa vie durant» - Martin Luther


«Et boire vin blanc et vermeil,

Sauter, danser, faire des tours,

Et ne rien faire tous les jours

Que compter écus au soleil» - Rabelais


«Dieu n'avait que de l'eau, mais l'homme a fait le vin» - Commerson


«Je viens du pays du Porto …

… vin très apprécié des français

Je suis au pays du Bordeaux …

… très bu par les Portugais» - Gabriel de Sousa


«Mais si la beauté ne t'est chère,

Si le vin de toi n'est aimé,

Visiteur retourne en arrière :

Le pont de Bordeaux t'est fermé» - André Berry


 

Tout ça est déjà très loin mais j'y pense souvent!!