Le rôle du Portugal pour «écourter les distances» a été très important quand on pense à la voie maritime, mais en ce qui concerne l'aviation ce rôle a été beaucoup plus modeste. Ce n'est pas une raison pour ne pas en parler...

Les noms des pionniers sont presque inconnus parce que le Portugal n'a pas maintenu, dans l'ensemble des nations occidentales, le statut de grande puissance économique et politique, comme à l'époque des Découvertes.


Le 20 Juin 1540, du haut de la Cathédrale de Viseu le coiffeur infirmier João de Almeida Torto s'est projeté dans l'espace, muni simplement d'une paire d'ailes. Il est mort écrasé au sol. Ça démarrait mal !


Presque 200 ans plus tard, les tentatives étaient déjà plus sérieuses et, en Août de 1709, le prêtre Bartolomeu Lourenço de Gusmão, jésuite formé par l'Université de Coimbra, a obtenu un certain succès avec ses expériences et son engin «Passarola».

 

Il a été poursuivi par l'Inquisition - pour laquelle «un homme qui volait» devrait avoir sans doute un pacte avec le diable…


Le 3 Avril 1784, un autre prêtre – João Faustino – de l'Académie Royale des Sciences de Lisbonne, en présence des souverains portugais, a réussi à se maintenir dans l'air pendant 20 minutes avec un ballon d'air chaud qui a même traversé le Tage se posant à Cacilhas. Dans la même année il a effectué encore trois expériences et son ballon a transporté un singe pendant 36 minutes.


Le 22 Septembre 1944 a été créé le Secrétariat de l'Aéronautique Civile ayant pour mission planifier et lancer des lignes aériennes régulières. Cette tâche serait concrétisée par un Service qui s'appelait Transportes Aéreos Portugueses – TAP.

La Guerre, avec ses horreurs, a provoqué néanmoins le développement rapide de l'aviation. Ce développement pourtant n'aurait pas été possible sans le courage et le savoir-faire des «pionniers».


D'abord il faudra signaler le premier vol effectué au Portugal avec un appareil plus lourd que l'air. Il s'est réalisé le 10 Septembre 1912 avec le pilote Sanches de Castro à bord d'un «Antoinette» acheté  en France.

 


Plus tard des vols plus longs… En 1919, Lelo Portela, António Maya, Manuel Gouveia et Fernando Sousa ont effectué la liaison Paris / Lisbonne à bord d'un «Breguet». En 1920, Sacadura Cabral et Azevedo Silva, accompagnés de Roger Soubiran et Domingos Barreiros, ont volé d'Angleterre vers le Portugal à bord d'un «Fairey». En 1921, premier vol Lisbonne - Madère avec un hydravion bimoteur «Fairey 3». À bord Sacadura Cabral, Gago Coutinho, Ortins de Bettencourt et Roger Soubiran. Le voyage a duré 7 heures et 40 minutes et a servi aussi pour démontrer l'efficacité d'une nouvelle méthode de navigation aérienne avec sextant.

 

 

La modification du sextant classique, à travers l'adaptation d'un horizon artificiel, a été faite par Gago Coutinho. Ce sextant a permis la réalisation en 1922 de la première traversée de l'Atlantique Sud, de Lisbonne à Rio de Janeiro.

Cinq ans plus tard, en 1927, Sarmento de Beires, Jorge Castilho et Manuel Gouveia feraient la même traversée mais en vol nocturne. Par la première fois un aéronef s'est maintenu durant toute la nuit volant sur la mer.

Parmi les nombreux voyages effectués à cette époque il y a eu aussi un vol Lisbonne – Inde, en 1930, effectué par Sarmento Pimentel et Moreira Cardoso qui ont parcouru plus de 8.000 kilomètres.

En 1929 on faisait l'enregistrement du premier avion commercial portugais : s'agissait d'un «Junker F.13» avec capacité pour six passagers.

 

 

Cet avion avait été acheté par la compagnie Serviços Aéreos Portugueses (SAP), constituée majoritairement par des capitaux allemands. SAP a lancé les lignes Lisbonne – Séville et Lisbonne – Madrid, mais la vraie compagnie pionnière de l'aviation commerciale portugaise serait Aero Portuguesa (AP) fondée en 1934 avec participation majoritaire d'Air France.

 

 

Aero Portuguesa, plus tard, avec des capitaux exclusivement portugais, a desservi longtemps Tanger et Casablanca au départ de Lisbonne. Pendant la Seconde Guerre Mondiale ces vols étaient le seul lien régulier entre l'Europe et l'Afrique du Nord.

Aero Portuguesa a représenté au Portugal Air France, SAS et Sabena. Absorbée par la TAP en 1953, tout son matériel et presque tout le personnel ont été transférés à Transportes Aéreos Portugueses. Air France en a hérité deux ou trois agents dont Manuel Sousa, futur Directeur commercial, et aussi son agence et ses bureaux administratifs. Dans ces locaux j'ai commencé ma carrière à Air France.


En 1941 une autre compagnie apparaît , cette fois aux Açores – la SATA. En 1945, encore le temps de voir apparaître CTA (Companhia de Transportes Aéreos), déjà après la création de TAP mais avant son entrée en fonctionnement. Pendant trois ans cette compagnie a exploité la ligne Lisbonne – Porto avec un «DC 3 Dakota» et deux «Dragon-Rapid». Dissolue en 1948.

Dans les colonies (Angola et Mozambique), création de DTA (plus tard dénommée TAAG) et DETA, aujourd'hui compagnies nationales de ces Pays indépendants.

La TAP a été inaugurée le 19 Septembre 1946, avec un vol Lisbonne – Madrid. Fin de 1946, deuxième ligne régulière entre Lisbonne et Lourenço Marques, aujourd'hui Maputo. Effectuée avec un «Dakota», le voyage durait six jours avec cinq découcher. Par la voie maritime il fallait plus d'un mois!    

En 1948, première liaison Lisbonne – Paris en «Skymaster».


Après… Bon après ce sont déjà les temps modernes où, bien sûr, la Caravelle a joué un rôle essentiel faisant entrer la TAP dans l'ère des jets.


Cette histoire avait commencée, souvenez-vous, lorsque le coiffeur infirmier João Torto s'est projeté du haut de la Cathédrale de Viseu et s'est écrasé au sol… Parfois les choses qui commencent mal finissent beaucoup mieux !

 

Gabriel de Sousa