Le 7 Avril 1924, décollage de Vila Nova de Mil Fontes d'un avion Breguet XVI, dénommé «Pátria» qui va essayer d'établir la première liaison avec Macao (possession portugaise en Chine). À bord, Sarmento de Beires et Brito Paes. Le mécanicien Manuel Gouveia voyage par bateau jusqu'à Tunis où retrouvera ses camarades. Malgré une violente tempête, le décollage a été fait mais le mauvais temps les oblige à faire deux escales supplémentaires à Malaga et Oran.

Manuel Gouveia embarque à Tunis et le vol se déroule sans problèmes, passant par Tripoli, Homs, Benghazi, Le Caire, Rayak, Bagdad, Bushire, Bender Abbas et Djask. Puis, dans le parcours pour Karachi, ils ont frôlé la mort. Une montagne, non signalée sur les cartes, a été évitée de justesse. Dans l'étape suivante, à destination d'Agria, l'avion ne tient pas et le vol s'arrête dans le village de Budana. C'était de 7 Mai 1924. Voyage suspendu jusqu'au 29 du même mois, juste le temps d'acquérir un De Haviland Liberty 9A, dénommée «Pátria II». Ensuite... Un voyage sans problèmes passant par Ambala, Boumari, Calcutta, Akiab, Rangoon, Bangkok, Oubon et Hanoi.

Dans la dernière étape, le «Pátria II» a été pris par un violent typhon et le vol s'est terminé dans un cimetière près de la ville de Shum-Chum, du côté de Hong-Kong. Le raid avait été un succès puisqu'ils avaient bien survolé Macao ce jour même (20 Juin). Le 24 Juin, ils arrivent à Macao à bord d'un navire de guerre portugais et sont reçus en apothéose.

 

 

Brito Paes et Manuel Gouveia : deux cartes postales de l'époque (1924) allusives au Raid Portugal – Macao. (Je les ai «héritées» de mon beau-père)


 

Sarmento de Beires