Le 23 Octobre 1906, dans un après-midi froid d’automne,  un appareil a attiré l’attention des santos_dumontcentaines de personnes qui se promenaient dans le Bois de Boulogne à Paris. Avec ses deux ailes, onze mètres d’un extrême à l’autre, l’ensemble faisait penser à un grand canard. Debout, le brésilien Alberto Santos Dumont a démarré le moteur. Le drôle d’oiseau a roulé sur la pelouse, appuyé sur des roues de bicyclette, et puis s’est élevé dans l’air.  Un vol très court : à peine sept secondes qui lui ont permis de parcourir soixante mètres, à deux ou trois mètres au-dessus du sol.

À ce-moment-là,  il y a exactement cent ans, il n’y a pas eu de doutes : Santos Dumont était le premier à voler, par ses propres moyens, dans un appareil plus lourd que l’air. Si Santos Dumont a  été vraiment le pionnier c’est une autre histoire qui n’empêchera pourtant les commémorations du centenaire du vol du 14-bis, surtout au Brésil où il est considéré le «père de l’aviation». Pour les brésiliens, Santos Dumont est un héros national.

À 18 ans, il avait hérité de son père, un  riche producteur de café de l’intérieur de São Paulo, une somme très importante. Avec cet argent il s’est fixé à Paris.  Il s’est fait remarquer aussitôt par la14bis_santosdumont construction de plusieurs ballons dirigeables. Ces prototypes ont été numérotés depuis le nº 1. Ainsi, avec le nº 5 il avait contourné la Tour Eiffel, retournant au point de départ ; avec le nº 10 – l’omnibus – il avait prévu transporter des passagers ; le nº 11 était un bimoteur et le nº 12 un projet d’hélicoptère. En huit ans (1898/1906) il était arrivé à ce 14-bis.

Entretemps, aux États-Unis, Orville et Wilbur Wright, et leur Flyer, sont aussi considérés les premiers à avoir fait voler un appareil avec ses propres moyens. Néanmoins, selon les brésiliens, le Flyer était un planeur, doté d’un moteur mais sans puissance suffisante pour décoller. Depuis son premier vol, le 17 Décembre 1903,  il était toujours catapulté pour le décollage.  Le 14-bis,  au contraire, quittait le sol par ses propres moyens, avec un moteur qui lui permettait  d’atteindre  la vitesse nécessaire au décollage. Un autre argument était celui de l’absence de témoins pour ce premier vol des frères Wright.

Aux États-Unis on dit qu’il y a eu des témoins pour au moins six vols ou tentatives des Wright. Le 5 Octobre 1905, le Flyer aurait même fait un vol de 39 minutes. La catapulte était plus recommandable, d’après les deux frères, mais le Flyer pourrait décoller tout seul. Enfin, une polémique qui dure jusqu’à nos jours.

Les années après, Santos Dumont a abandonné le prototype 14-bis et a construit un autre avion beaucoup plus pratique, le Demoiselle, avec lequel il circulait dans la région parisienne comme s'il s’agissait d’un automobile. Petit, facilement transportable, il est aujourd’hui considéré comme le précurseur des ultralégers.

Après la Première Guerre Mondiale, il est resté en France encore une dizaine d’années, mais la seule perspective de voir évoluer l'aviation à de seules fins militaires le dégoûtait. atteint de sclérose en plaques en 1928, il a retrouvé son pays natal la même année et finira par se suicider le 23 juillet 1932.