l_equipe_29_30oct49_cerdanJe retrouve ce journal dans mes vieilles archives. Des gros titres de première page : « Volant vers la victoire, Marcel Cerdan a rencontré la mort» et «Une grande carrière toute simple d’un homme follement populaire, un père tendre et un ami affectueux».

 

Le Constellation F-BAZN avait décollé ce 28 Octobre 1949, à 20 :54 de l’aéroport d’Orly. Cap sur les Açores. Voyage normal.

 

À 2 :55 du 29, le contrôle de Santa Maria attend son atterrissage, mais c’est le silence. Des avions partent en reconnaissance, un  d’eux aperçoit des débris sur l’île de São Miguel. On a cru voir des survivants, mais c’était faux. À 17 :10 une équipe de sauvetage retrouve l’épave au Pic Redondo (1 105 mètres). À 22 :00 l’équipe se trouve encore à 3 heures de marche du lieu de l’accident. Marcel Cerdan, le vainqueur, ainsi que tous ses compagnons de voyage et l’équipage étaient morts.

 

Marcel Cerdan, né en Algérie, à Sidi-Bel-Abbès, le 22 Juillet 1916, était à l’époque, le meilleur ambassadeur du sport français. Il avait livré 116 combats et il avait gagné 112. Il a été deux fois champion de France, cinq fois championmarcel_cerdan d’Europe et une fois champion du Monde.

 

Il avait pris cet avion pour aller rencontrer La Motta à New York. Avant de partir, il avait confié à l’Équipe : «J’espère revenir de nouveau en tant que champion du Monde». Hélas non. Fini aussi son rêve d’élargir sa ferme et sa maison de Casablanca…

 

Parmi les victimes, aussi la violoniste française Ginette Neveu. Le commandant de bord, Jean de la Noüe, était un ancien de l’Aéronavale, qui avait déjà fait 88 traversées de l’Atlantique, avec 6 700 heures de vol et 1 300 000 kilomètres parcourus.

 

 

 

 

 

 

marcel_cerdan__2_