pan_am_logoPan American World Airways (Pan Am) fut une compagnie aérienne américaine des années 1930 jusqu'à sa disparition en 1991. On lui attribue de nombreuses innovations qui ont marqué l'industrie aérienne mondiale.

Pan American Airways, Incorporated fut fondée en 1926 par John K. Montgomery et Richard B. Bevier, comme desserte aérienne de Key West, en Floride, à La Havane, à Cuba. Pourtant, la compagnie se développa rapidement sous l'impulsion de l'entreprenant Juan Terry Trippe, dont des relations contrôlaient l'accès si convoité aux marchés du courrier par avion de la Poste des États-Unis. Sous la direction de Trippe, la société effectua son premier saut vers le sud, grâce à un vol en octobre 1927. Le Gouvernement des États-Unis approuva le contrat de Pan Am avec peu d'objections, de peur que SCADTA, une compagnie colombienne à capitaux allemands, ne soit un concurrent pour l'appel d'offres des lignes entre l'Amérique latine et les États-Unis. Pan Am put remplir ses deux trimoteurs Fokker en sollicitant des passagers dans les trains de Floride et les boîtes de nuit de la Havane.

Juan Trippe et ses associés décidèrent d'étendre le réseau de Pan Am à travers l'Amérique centrale et juan_trippe_charles_lindberghl'Amérique du Sud. À la fin des années 1920 et au début des années 1930, Pan Am racheta de nombreuses compagnies, en activité ou en faillite, en Amérique centrale et en Amérique du Sud, négocia avec les postes de chaque pays et remporta la plupart des contrats gouvernementaux de courrier par avion dans la région. En septembre 1929, Trippe fit le tour de l'Amérique latine avec Charles Lindbergh afin de négocier des droits d'atterrissage dans de nombreux pays y compris en Colombie. À la fin de l'année, Pan Am put proposer des vols descendant le long de la côte ouest de l'Amérique du Sud vers le Pérou. L'année suivante, Pan Am acheta la ligne New York-Rio-Buenos Aires.

En 1929, la société mère de Pan Am, l'Aviation Corporation of the Americas, était une des valeurs les plus animées de la Bourse de New York et la spéculation redoublait à chaque fois qu'une nouvelle ligne était ouverte.

Le Sikorski S-42 fut l'un des premiers hydravions de Pan Am et fut utilisé pour une reconnaissance de la ligne San Francisco-Chine. Alors que Pan Am développait son réseau en Amérique du Sud, elle négociait aussi avec la Grande-Bretagne et la France pour ouvrir une desserte aérienne entre les États-Unis et l'Europe. La compagnie britannique Imperial Airways était désireuse de coopérer avec Pan Am, mais la France était moins disposée à aider car sa compagnie nationale Aéropostale était un acteur important en Amérique latine et un concurrent de Pan Am sur certaines lignes. Finalement, Pan Am parvint à un accord avec les deux pays pour offrir une desserte de Norfolk vers l'Europe via les Bermudes et les Açores grâce à des hydravions Sikorski S-40.

Pan Am envisagea aussi d'ouvrir une ligne au-dessus de l'Alaska, vers le Japon et la Chine, et envoya Lindbergh pour un vol expérimental en 1930, mais les bouleversements politiques en cours en Union soviétique et au Japon rendaient la ligne inexploitable. Trippe décida alors d'ouvrir une ligne de San Francisco vers Honolulu et de là vers Hong Kong et Auckland, suivant les lignes existantes des paquebots.

En 1934, la Poste lança un appel d'offre pour une ligne postale San Francisco-Canton et Pan Am remporta le contrat, réalisant son premier vol commercial avec un Martin M-130. Plus tard, Pan Am utilisa des hydravions Boeing 314 pour les lignes “Pacifique”.

Après la guerre, la flotte de Pan American fut rapidement remplacée par des avions civils plus rapides, comme le Boeing 377, le Douglas DC-6 et le Lockheed Constellation. Pan American Airways perdit également son titre de compagnie aérienne internationale officielle des États-Unis : d'abord avec American Overseas Airlines, par la suite avec un certain nombre de compagnies aériennes s'imposant en concurrence avec Pan Am sur certains marchés, tels que TWA vers l'Europe et Northwest Orient vers l'Extrême Orient. En 1950, peu de temps après avoir lancé son service international et développé le concept de classe économique, Pan American Airways, Inc. fut renommée Pan American World Airways, Inc.. Concurrencée sur de nombreuses lignes, Pan Am commença à investir dans de nouvelles innovations, comme l'avion à réaction (le Boeing 707 que Boeing, sous la pression de Pan Am, modifia pour asseoir six rangées au lieu de cinq) et l'avion gros porteur (le Boeing 747 pour lequel Pan Am fut le premier client avec environ 25 commandes en 1968). Elle fut aussi une des trois premières compagnies aériennes à signer des options de commande pour le Concorde mais, comme les autres compagnies (hormis British Airways et Air France), elle renonça finalement à acheter l'avion supersonique. Elle fut également un client potentiel du Boeing 2707 (le projet fut abandonné).

En 1962, avec l'augmentation du trafic, Pan Am passa commande à IBM du PANAMAC, un ordinateur puissant qui enregistrait les réservations d'avion et d'hôtel, et gérait une quantité d'informations très importante sur les villes, les pays, les aéroports, les avions, les hôtels et les restaurants. L'ordinateur occupait le quatrième étage de l'immeuble Pan Am, qui était alors en construction à Manhattan et qui fut pendant longtemps le plus grand immeuble de bureaux au monde. Pan Am construisit aussi Worldport, un terminal à l'aéroport JFK, qui resta le plus grand terminal aérien du monde pendant de nombreuses années.

La crise pétrolière de 1973 marqua le début de la chute de Pan Am. Une combinaison du prix élevé des carburants, de la faible demande de transport aérien et une surenchère d'offres sur le marché b747_panaminternational du voyage aérien entraîna une chute des revenus et profits de la Pan Am. Comme d'autres compagnies aériennes de premier plan, Pan Am avait investi dans une flotte importante de nouveaux 747 dans l'espoir que la demande de transports aériens continuerait à augmenter. Cela ne fut pas le cas. Pour rester compétitive avec les autres compagnies aériennes, Pan Am tenta d'assurer des vols intérieurs sur le marché des États-Unis. Après plusieurs tentatives ratées pour gagner une licence sur des lignes intérieures, la mise en œuvre de la déréglementation aérienne permit finalement à Pan Am d'ouvrir des lignes intérieures entre ses cinq points d'entrée américains en 1979. En 1981, Juan Trippe, qui était en retraite depuis environ dix ans, mourut.

En 1980, Pan Am se constitua un réseau de vols intérieurs du jour au lendemain en absorbant National Airlines. Pourtant, une guerre de surenchères amena Pan American (sous la direction du Président William Seawell) à payer beaucoup plus que la valeur réelle de National Airlines, creusant le déficit de la compagnie. Le groupe ainsi formé continua à accumuler les dettes à cause de l'incompatibilité des flottes, des réseaux de lignes et de leurs cultures d'entreprise. Seawell essaya de sauver la compagnie en vendant certains de ses actifs y compris le Pan Am Building et l'intégralité du réseau Pacifique de la compagnie. Le produit de ces cessions fut investi dans de nouveaux avions, tels que l'Airbus A310 et l'Airbus A320, bien que l'A320 ne fût jamais livré.

Après l'attentat de Lockerbie, la compagnie finit de s'effondrer. Les agences de voyage évitaient de réserver sur Pan Am, craignant que les passagers n'assimilent Pan Am à danger. En mars 1991, la compagnie vendit à United Airlines ses lignes rentables vers l'aéroport de Londres Heathrow (sans doute la principale destination internationale de Pan Am), laissant Pan Am avec seulement deux vols quotidiens vers l'aéroport de Londres Gatwick.

La Guerre du Golfe réduisit le trafic transatlantique à sa plus simple expression et amena Pan Am au point de rupture. En août 1991, Pan Am fit faillite. Delta Air Lines racheta les derniers actifs profitables de la Pan Am et injecta de l'argent frais dans une Pan Am plus petite, recentrée sur les Caraïbes et l'Amérique latine. À cette époque, Pan Am continuait à générer de lourdes pertes. Ses activités ont finalement cessé le 4 décembre 1991, quand Delta retira son soutien. Le dernier hub de Pan Am, à l'aéroport international de Miami, fut réparti les années suivantes entre United Airlines (qui prit la plupart des créneaux) et American Airlines (qui prit la plus grande partie du terminal).

Source : Wikipédia 

VOYONS ENSEMBLE D’AUTRES ÉVÈNEMENTS DE 1991, dans le Monde en général et dans l’Aviation en particulier.

DANS LE MONDE :

- Sommet américano soviétique, qualifiée de “premier sommet de l'après Guerre froide” à Moscou. Signature du Start 1 (Strategic Arms Reduction Talks) entre l'Union soviétique et les 1991_1États-Unis, prévoyant une réduction de 30 % des armements nucléaires stratégiques.

- Le prix Nobel de la paix est attribué à la Birmane Aung San Suu Kyi.

- Multipartisme en Guinée-Bissau.

-  Signature d'un accord de paix en Angola entre le président Dos Santos et le chef de l'UNITA, Jonas Savimbi.

- Abolition des dernières lois d'apartheid en Afrique du Sud. Après 30 ans de suspension, l'Afrique du Sud réintègre le mouvement olympique. Création de la Commission Goldstone en Afrique du Sud pour enquêter sur les violences visant à torpiller les négociations sur le démantèlement de l’apartheid.

- Violentes émeutes au Zaïre. Pillage à Kinshasa et dans les grands centres urbains.

- À Paris, le 4e sommet de la Francophonie invite les États africains à poursuivre le processus de “démocratisation”.

- Abuja devient la capitale fédérale du Nigeria, située dans un territoire fédéral de 7315 km², au centre du pays pour équilibrer les pouvoirs ethniques et religieux.

- Succès du Front Islamique du Salut (FIS) au premier tour des élections législatives en Algérie.

- Traité d'Asunción entre le Brésil, l'Argentine, le Paraguay et l'Uruguay. Fondation du Mercosur, marché commun du “cône sud” de l'Amérique.

- Plus de 100 000 fonctionnaires perdent leur emploi en Argentine, allégeant la masse salariale de l'État de 10% et 200 000 enseignants sont transférés à la charge des provinces.

- Pablo Escobar, le chef du cartel de Medellín âgé de 41 ans, considéré comme l'un des plus grands criminels du XXe siècle, se livre aux autorités colombiennes et reçoit l'assurance de ne jamais être extradé vers les États-Unis. Impliqué dans l'assassinat de trois candidats à la présidence, d'un ministre de la justice, d'un procureur de la Nation et de plus de 200 policiers, il bénéficiera d'une sécurité maximale dans la prison tout confort qu'il a lui-même choisie.

- En Haïti, suite à un coup d'État militaire, le président Jean-Bertrand Aristide est déposé.

- La guerre du Golfe chasse les troupes irakiennes qui occupaient le Koweït. 84% des Américains soutiennent la guerre (48% des Afro-américains). Des manifestations pacifistes éclatent cependant dans tout le pays.

- Accord sur le protocole de Madrid sur la protection de l'environnement concernant l'Antarctique après deux ans de lobbying de la France et de l'Australie.

- Inde : Rajiv Gandhi est assassiné pendant la campagne électorale par des Tamouls.

- Fin de la guerre civile au Cambodge. Accord de paix entre les diverses factions cambodgiennes. Le pays est placé temporairement sous tutelle des Nations unies, qui est chargé de surveiller la démobilisation des forces armées, le retour des 370 000 réfugiés et la tenue d'élections libres. Retour du prince Norodom Sihanouk au Cambodge après un exil de 12 ans.

- Les deux Corées adhérent aux Nations unies et les deux pays signent des accords en matière d'armement nucléaire et de réconciliation.

- Massacre au Timor oriental, perpétré par les troupes indonésiennes lors d'une manifestation pour l'indépendance (peut-être 200 000 morts sur 700 000 habitants). Les combats se poursuivent entre l'armée indonésienne et les partisans du Fretilin. Les négociations menées sous l'égide des Nations unies n'aboutissent à aucune solution tangible.

- Les États-Unis installent une antenne diplomatique à Hanoï afin d'organiser la recherche des militaires américains portés disparus et d'amorcer le renouveau diplomatique.

- Indépendance de l'Azerbaïdjan, de l'Ouzbékistan, du Tadjikistan, du Kirghizistan, du Turkménistan, du Kazakhstan et de l’Arménie.

- Les Palestiniens du Liban-Sud sont désarmés et l'OLP pratiquement interdite. L'entrée de l'armée libanaise dans la zone sous le contrôle de la FINUL entraîne la réaction d'Israël. Les milices évacuent l'agglomération de Beyrouth.

- Conférence de paix israélo-arabe, à Madrid, sous le parrainage des États-Unis et de l'URSS et avec la participation de l'OLP, des israéliens, des Jordaniens et des Syriens, pour assurer la stabilité du Proche-Orient par le règlement pacifique du contentieux arabo-israélien. Les conversations qui se poursuivent à Washington n'aboutissent pas, car le Premier ministre israélien Yitzhak Shamir, obsédé par la sécurité de son pays, se montre de plus en plus méfiant vis-à-vis des États-Unis. Le gouvernement américain, furieux de la poursuite d'installation de colons juifs dans les territoires occupés, en vient à refuser sa garantie à des emprunts israéliens.

- Réouverture de l'Alliance française Ostrava, après 50 ans de fermeture.

- Lors d'une réunion de ses États-membres à Budapest (Hongrie), la décision de dissoudre le Pacte de Varsovie en tant qu'organisation militaire est prise.

- La Région autonome serbe de Krajina fait sécession de la Croatie. Référendum pour le maintien dans la Yougoslavie. Début de l'explosion de la Yougoslavie. Indépendance de la Croatie et de la Slovénie.

- Indépendance de la Géorgie.

- Le Soviet suprême d’Union soviétique vote un projet de loi libéralisant les voyages à l'étranger et l'émigration.

1991_2- Élection de Boris Eltsine comme président de la république de Russie.

- Indépendance de l'Ukraine et de la Biélorussie.

- Sommet de Minsk. La Russie, la Biélorussie et l'Ukraine créent la CEI (Communauté des États indépendants) et l'URSS est dissoute. Le traité sera confirmé à Alma-Ata. Sept autres républiques de l'ex-URSS rejoignent la CEI : l'organisation se dote d'un conseil des chefs d'état et d'un conseil des chefs de gouvernement, la Russie récupère les armes nucléaires de l'Ukraine, de la Biélorussie et du Kazakhstan. La Russie est reconnue par les Occidentaux comme État continuateur de l'Union soviétique et lui succède au Conseil de sécurité des Nations unies.

- En Pologne, Lech Wałęsa est élu président de la République.

- Le Bundestag vote à une faible majorité (337 voix contre 320) le transfert de la capitale de Bonn à Berlin pour 1999.

- Découverte de Ötzi l'homme des glaces.

- Au Portugal, Anibal Cavaco Silva forme son troisième gouvernement.

- Traité de Maastricht, qui sera signé en février 1992.

- Prix Nobel de littérature : Nadine Gordimer.

- Décès : Serge Gainsbourg, compositeur et chanteur français ; Mgr Lefebvre, homme d'Église français ; Graham Greene, écrivain britannique ; David Lean, réalisateur britannique ; Frank Capra, réalisateur américain d'origine italienne ;

Klaus Barbie, ancien chef de la Gestapo de Lyon ; Yves Montand, chanteur et acteur de cinéma français ; Freddie Mercury, chanteur compositeur britannique du groupe Queen.

DANS L’AVIATION :

- La Direction générale à l’armement a mis à la disposition du CNRS une Caravelle pour la mission Tropoz 2. Le voyage de 45 000 km visait à établir l’influence de la pollution dans la destruction de l’ozone.                 (Janvier) 

- Le premier Boeing 727 construit et livré à United Airlines est arrivé à San Francisco pour son dernier vol. Il entrera au Musée Boeing à Everett. L’appareil comptait 64 495 heures de vol et 48 000 atterrissages.                 (Janvier)

tupolev_154- Un Tupolev 154, en provenance de Shanghai, a été immobilisé à Tayun. Huit souris s’en étant échappées, les autorités craignaient que les rongeurs ne s’en soient pris au câblage de l’appareil.                 (Janvier)

- Le personnel de cabine d’un  appareil d’US Air, venant de Pittsburgh, s’est déguisé en Arabes et a simulé un détournement d’avion. Un couple de passagers libano-américain a porté plainte auprès de la FAA.                 (Janvier) 

- Le nouveau quadriréacteur Airbus A340 nº 1  a quitté son poste d’assemblage et est sorti à l’air libre pour rejoindre le poste des essais généraux, à l’intérieur du Hall Clément Ader (Toulouse).                 (Mars) 

- Un passager du vol AS603 d’Alaska Airlines, en partance pour Seattle, a demandé à alaska_airlinesdébarquer de l’avion, en apprenant que le pilote était une femme. Celle-ci a arrêté son Boeing 727 sur le parking. Le passager est descendu par l’escalier de la porte arrière.                 (Mars)

- La nouvelle aérogare de l’aéroport de Stanstead, à 40 km de Londres, d’une capacité annuelle de 8 millions de passagers, a été inaugurée.                 (Mars) 

- Un second Boeing 747-400 a atterri en provenance de Seattle pour rejoindre la flotte B747_400d’Air France. Le premier avait été livré le 28 février. Les deux appareils  sont affectés à la desserte quotidienne de Tokyo.               (Avril) 

- L’impossibilité pour les compagnies d’honorer les réservations enregistrées serait désormais pénalisée. En 1990, quatorze passagers sur 10 000 se sont vu refuser leur vol pour surréservation. Le motif de ce refus est très simple : certains clients réservent une place sur deux vols différents, pour des raisons diverses qui vont de la réunion d’affaires aux impératifs  familiaux. Ils ne se présenteront qu’à un d’eux : il y a 5 à 10% de passagers no show sur chaque vol. Pour pallier ce manque à gagner, on vend environ 10% de réservations de plus que le nombre de places disponibles sur les vols : c’est le surbooking, avec des problèmes qu’il entraîne lorsque tout le monde se présente ! La CEE a tarifé les indemnisations : de 525 Francs pour un retard de moins de 2 heures sur moins de 3 500 km, à 2 100 Francs pour plus de 4 heures sur plus de 3 500 km.                 (Avril)

- Coup médiatique d’une rare audace pour British Airways : cinquante mille placesbritish_airways gratuites ont été distribuées au départ de ses escales à travers le monde. Par cette initiative, le transporteur britannique espérait redonner confiance à une clientèle que les évènements do Golfe ont traumatisée : les avions, qui volaient à pleine capacité il y avait quelques mois, étaient alors presque vides. Des suppressions d’emplois et de lignes avaient dû être effectuées. Le trafic aérien mondial avait lui aussi enregistré une baisse inquiétante : 30% pour le 4ème trimestre 1990. Cette campagne publicitaire de British Airways était estimée à 50 millions de livres.                 (Avril) 

orlyval- La première rame d’Orlyval a été livrée à Wissous, le garage atelier situé près d’Orly. Cette nouvelle ligne allait enfin résoudre le problème de la desserte des aéroports d’Orly-Sud et Ouest. Le métro relierait le centre de Paris à l’aéroport en 30 min. Ainsi, les passagers arriveront directement dans l’aérogare sans devoir transiter par un service d’autocars. Il était prévu que le trafic de pointe pour 1992 serait de 7 200 passagers par heure, Orlyval devant en acheminer le cinquième. Le projet avait été présenté en 1987 par Matra Transfinex qui détenait 26,7% du capital à l’égalité avec Air Inter. Un atout important pour la compagnie que, grâce à ce gain de temps d’une demi-heure, pourrait devenir plus compétitive vis-à-vis du TGV.                (Mai)

- Un Boeing 767 de la compagnie Lauda Air, qui assurait la liaison Bangkok-Vienne, a lauda_air_crashexplosé en plein vol, comme une boule de feu. A son bord, les 223 personnes  ont trouvé la mort. La catastrophe a eu lieu 20 minutes après le décollage de Bangkok, bien que le commandant de bord n’eût pas signalé d’incident à bord. La déflagration s’est produite à 10 000 d’altitude et à la vitesse de croisière de l’avion, 900 km/heure. Niki Lauda, fondateur de la compagnie, ancien champion de Formule 1, est venu rejoindre les 250 sauveteurs sur les lieux de l’accident.               (Mai)

- La compagnie privée Minerve a ouvert une ligne régulière entre Paris et Nice. Trois vols quotidiens pour se tailler une place face aux vingt et un allers-retours offerts par Air Inter et Air France sur le même trajet. L’initiative de Minerve est une conséquence du rachat d’UTA et d’Air Inter par Air France, achevé en 1990. Ce nouveau géant paraissait trop monopolistique à la Commission européenne de Bruxelles qui y a mis une condition : l’ouverture à la concurrence d’une cinquantaine de liaisons en France ou vers l’étranger, restées jusque là chasse gardée des trois compagnies qui formaient désormais de Groupe Air France.                 (Mai) 

-   Un passager, sur le vol Delta 236 venant d’Orlando, a découvert un python dans un compartiment à bagages au-dessous des sièges.               (Juin) 

kuwait_airways- Kuwait Airways Corp., qui avait perdu près de trois quarts de sa flotte durant l’invasion irakienne, a commandé 15 Airbus avec une option sur 9 autres appareils.               (Juin) 

- Deux sacs plombés ont été chargés à Bastia dans la soute d’un vol Air France en partance pour Paris. À l’arrivée, les employés de la Brink’s qui récupèrent les sacs ont noté que les plombs avaient sauté. Un passager voyageant à l’intérieur d’une malle dans la soute pressurisée avait volé 5,74 millions de francs.               (Juillet)

- Aeroflot et  British Airways se sont associées pour créer conjointement la compagnie aérienne Air Russia qui fonctionnera selon les règles internationales en vigueur à l’Occident. Son siège se trouvera à Moscou.               (Juillet) 

- Mlle Helen Korpaczewski, réfugiée allemande enceinte de neuf mois, a refusé toute aide dans l’aéroport de Roissy où elle vivait en zonarde. Les médecins sont intervenus cependant pour mettre au monde Elisa, le premier bébé domicilié dans une aérogare.               (Août)   

- Obligation aux transporteurs de neutraliser les inverseurs de poussée des moteurs sur les Boeing 767. Cet ordre de la FAA (l’administration américaine chargée de l’aviation civile) faisait suite à des tests effectués par Boeing qui montraient la possibilité d’un déploiement incontrôlé en vol de ces inverseurs. Danger car en déviant le jet du moteur, l’inverseur (qui sert de frein d’appoint à l’atterrissage) peut rendre l’avion incontrôlable.                (Août)         

-  Quelques verres de champagne pendant le vol, des applaudissements à l’atterrissage et beaucoup de nostalgie lors de la dernière liaison effectuée par Air Inter avec une Caravelle. C’était un Nantes-Paris à bord d’un Super XII, la dernière version de l’appareil construiteboeing_707 en 1972. Tous modèles confondus, la compagnie intérieure française avait mis en œuvre vingt-huit exemplaires de ce célèbre moyen-courrier, si caractéristique avec ses deux  réacteurs placés à l’arrivée du fuselage. Air France en avait exploité pour sa part quarante-six entre 1959, année de la première mise en service, et 1981. Sud-Aviation en a fourni à plusieurs grands transporteurs européens, au Brésil et même aux Etats-Unis, où United Airlines en avait acheté vingt exemplaires. Mais les développements, prometteurs, furent négligés dès 1961 au profit du Concorde supersonique. Seulement 279 Caravelle ont été construites. Cinquante-cinq étaient encore en service dans dix-huit pays.                  (Août)   

-  Boeing a annoncé l’arrêt de la fabrication de son quadriréacteur B-707 apparu en 1954. La firme n’avait plus enregistré de commande pour cet appareil depuis plus de quatre ans.                (Septembre)                

PHOTO SOUVENIR AIR FRANCE / LISBONNE (1991) 

Déplacement à Nice de plusieurs responsables de l’aéroport de Lisbonne. But du voyage : visite de l’aéroport Niçois. Ici, moment de détente, le soir, au restaurant Les Palmiers (20/9/1991).

À gauche, docteur Pico, Salles Henriques (Tourisme), capitaine Esteves (Garde fiscale), Alzira (en représentation du Directeur de l’aéroport de Lisbonne), major Abreu (Sécurité ANA – aéroports), major Castro Freire (Gendarmerie), capitaine Brandão (Police frontières) ; à droite, Gabriel de Sousa ( adjoint Chef d’escale), Bernard Roulet (nouveau Chef d’escale), Gilles Motel (Représentant régional au Portugal), ingénieur Reis et Cabrita (ANA – aéroports) et Bernard Petit (Chef d’escale sortant)

nice_1991