En 1992 : 

 

Il y a douze ans, justement en Décembre, «France Aviation» publiait son dernier numéro dans la forme magazine. La situation économique imposait des réductions budgétaires à l'ensemble des services d'Air France. Ce numéro, à la pagination réduite et imprimé en noir et blanc, était une des premières conséquences de la crise au niveau de la communication interne. Au même temps on annonçait la suspension de «Intrado», «Échos du Transport», «Entretien» et «Journal du Groupe».

Pour permettre la communication au personnel d'Air France on prévoyait un bimensuel - journal proche dans sa forme des quotidiens d'information.


Ce dernier numéro publiait une interview avec le Président Bernard Attali et le Directeur Général Jean-Didier Blanchet.

La situation économique était expliquée principalement par une grave crise de surcapacité et par les surenchères tarifaires à la baisse.

La réduction des coûts serait la seule voie possible pour rétablir un équilibre. De sujets très chauds y étaient évoqués, tels le rachat de UTA, le développement de la flotte, la libéralisation du transport aérien en Europe, les alliances, le hub de Charles de Gaulle et le personnel, entre autres.


Un intéressant dossier sur la Fonction Transport, dans lequel (entre beaucoup d'autres sujets) on pouvait lire la «définition» de Chef d'escale par M Jacques Bankir, le Directeur du Transport : «une sorte de chef d'orchestre qui connaît les passagers, traite les avions, le personnel navigant et la clientèle. Tâches administratives assez lourdes : statistiques, budget… Diplomatie avec les collègues, la douane, la police, la tour de contrôle ou le patron de l'aéroport. À lui d'intégrer ce faisceau de contraintes».

M Bankir, si je ne me trompe pas, est né au Portugal où il venait souvent en week-end pour visiter ses familiers qui habitaient toujours au Nord du pays. Sympathie et modestie tout à fait exceptionnelles. 


 

Avant sa mise en ligne, un Airbus A 340 a fait l'objet d'une série de vols d'endurance. Sur un de ces vols ont voyagé plusieurs personnalités portugaises dont le Président de TAP – Air Portugal. J'ai pris ce même vol en compagnie du Chef d'escale Bernard Roulet. Retour dans la journée.

Sur la photo, on voit - beaucoup de temps plus tard -  un A 340 se préparant pour atterrir dans une île des Caraïbes (St Martin je suppose).


Concorde bat un record du monde : 32 heures et 49 minutes pour  boucler le tour de la terre, avec départ et arrivée à Lisbonne (Octobre).

 

 

Devant le fameux supersonique, M Gilles Motel (Représentant au Portugal), Pedro Tavares, Rosa Correia et moi.

Des centaines de personnes avaient contribué à cet exploit. Tous les détails comptaient : bien sûr l'avion, les routes, les équipages… mais aussi des transits rapides pour rattraper des retards et des dépannages sûrs et rapides en cas  d'incidents techniques, parmi beaucoup d'autres.