MARCEL PAILLETTE

marcel_paillette

Marcel Paillette, aviateur français, pionnier de l'aviation et précurseur de l'aviation en Argentine, est né au Havre, dans le département de la Seine-Inférieure, le 17 avril 1884. Décédé en Argentine le 11 décembre 1965.

Après avoir obtenu son baccalauréat-ès-sciences, il a été engagé volontaire de 1903 à 1907 au 13e régiment de hussards, étant nommé ensuite au 24e régiment de dragons.

Premier élève de l'aviateur et ingénieur Roger Sommer, il a appris à piloter à Douzy dans le département des Ardennes, en mars 1910. Dès le 10 juin 1910, il a obtenu le brevet no 99 de l'Aéro-club de France sur avion Sommer.

roger_sommer

Aussitôt après avoir obtenu son permis, il s’est classe deuxième de tous les prix au meeting d’Angers du 3 au 6 Juin 1910. Quelques jours plus tard, il a remporté le prix de la plus grande distance franchie en un seul vol au cours du meeting de Rouen. Il s’octroie de nombreuses distinctions lors des meetings de Nantes et de Caen, et à l'occasion de celui du Havre du 25 août au 6 septembre 1910. Il a atteint une altitude de 500 mètres dès son premier vol aux commandes d’un aéroplane Blériot, avant de traverser la baie de la Seine à une hauteur de 800 mètres, un exploit pour l'époque.

Il évolue ensuite dans différents ciels d'Europe, participe au meeting de Milan, en septembre 1910, et de Bourges, rejoint Paris par la voie des airs et gagne l'Amérique du Sud. De 1911 à 1914, il a fait des vols de démonstration à bord d'un aéroplane Sommer et d'un aéroplane Blériot.

De 1912 à 1914, il a été très actif en Argentine, au Chili et au Paraguay. En septembre 1912, Marcel Paillette est le premier instructeur de l’école militaire d’aviation argentine, créée en août 1912.

Il organise également l'implantation d'écoles d'aviation, crée un vaste aérodrome civil à San Fernando, près de Buenos Aires, donne le baptême de l'air au président de la République du Paraguay, puis regagne la France en guerre.

sommer

Pendant la Première Guerre mondiale, il est affecté au centre d'aviation de Tours. Jusqu'en 1916, il a participé aux cent premiers bombardements sur l'ennemi. En avril 1916, vingt pilotes et observateurs français ont été mis à la disposition de l'armée russe. Avant de partir, ils ont tous été nommés sous-lieutenants à titre temporaire. Marcel Paillette en fait partie. Il y est resté jusqu'en 1918. Le 22 mars 1917, un communiqué russe a annoncé que l’aviateur français Marcel Paillette, dans la région de Wladimir-Volinsky, avait abattu deux ennemis.

À l'issue de la guerre, il est retourne en Amérique latine et s’est fixé en Argentine. À partir de 1925 et jusqu'en 1948, il s’est consacré entièrement à la branche automobile.

marcel_paillette_2

Marcel Paillette meurt en Argentine, dans la province de Buenos-Aires, en décembre 1965. Il y est considéré comme le précurseur de l'aéronautique en Argentine.

La commune du Havre, sa ville natale, lui a rendu hommage en donnant son nom à l'une des voies de la commune.

L'Aéro-Club de France lui a attribué la plaquette d'argent. Marcel Paillette était titulaire de la croix de guerre 1914/1918 avec palme, de l'ordre de Saint-Vladimir et de l'ordre impérial et militaire de Saint-Georges à la suite de ses succès en Russie. Il avait été nommé chevalier de l'ordre national de la Légion d'honneur en 1936.

Source : Wikipédia