Ancien ministre français de la Recherche,  Hubert Curien - père spirituel de la fusée Ariane, est décédé dimanche à l'âge de 80 ans.

Il était membre du Haut Conseil pour la recherche et pour la coopération scientifique et technologique. Attentif à la transmission du savoir et au sort des jeunes chercheurs il avait récemment accepté de présider un jury récompensant des lycéens. Dans la communauté scientifique, il est encore fréquemment cité comme le ministre le plus apprécié des quatre dernières décennies.

Il a accède à des postes de responsabilité dans les grands organismes scientifiques français. De 1969 à 1973, il est directeur général du CNRS. En 1976, il est nommé président du Cnes, l'Agence spatiale française, avec pour lourde mission de réussir le premier tir de la fusée Ariane. C'est en tant que président du Cnes qu'Hubert Curien (qui préside parallèlement l'Agence spatiale européenne, de 1979 à 1984) recrute le premier spationaute français, Jean-Louis Chrétien, pour sa mission avec les Soviétiques en 1982.

Toujours soucieux de rendre la science accessible au citoyen, il a été un précurseur de la Fête de la science, manifestation encore organisée chaque automne dans toute la France.

Il a présidé encore (1994-1996) le conseil du Cern (laboratoire européen de physique des particules), la Fondation de France (1998-2000) et l'Académie des sciences (2001-2003).